Alimentation pour un Shiba Inu

L’alimentation canine, et plus particulièrement chez le shiba inu, a pour objectif de démontrer l’importance de la nourriture dans la vie quotidienne de l’animal. Elle permet de prévenir les ennuis de santé du shiba, et d’éviter de tomber dans les préjugés nutritionnels. Le shiba inu a des besoins nutritionnels journaliers de différents ordres.

Des besoins en eau

Un chien de 15 kg, avec une activité physique normale, a besoin d’un litre d’eau par jour. L’eau à boire et les aliments apportent ce besoin au shiba inu. A titre informatif, la nourriture humide renferme davantage d’eau. Par conséquent, le shiba boit moins avec ce type repas, comparé à l’alimentation un peu plus sèche. Les besoins en eau sont évalués à 60 ml par kg de poids chez l’animal. Par ailleurs, les besoins ne sont pas nécessaires qu’en matière d’eau, elles le sont également pour l’énergie du shiba inu.

Des besoins énergétiques

Le besoin en énergie du chien se nomme le besoin énergétique d’entretien (ou le BEE). Il concerne le poids métabolique. En d’autres termes, on prend en considération la taille du chien. Effectivement, un petit chien brûlera deux fois d’énergie qu’un animal avec un grand besoin énergétique d’entretien. Pour décrire le besoin d’un shiba inu aux caractéristiques moyennes (environ 10 kg pour un mâle), son apport quotidien d’énergie métabolisable est de 698 kcal. Aussi, les besoins en nutriments sont essentiels dans le développement de l’animal.

Des besoins alimentaires

Chaque aliment est un facteur variable de divers nutriments. Parmi eux, on recense les minéraux, les vitamines, les acides gras, les acides aminés, etc. Ces nutriments sont essentiels au shiba inu et aux autres animaux. Une carence entraîne une mauvaise santé pour le chien. Quant aux protéines, elles sont indispensables. Les protéines ingérées varient suivant la sensibilité de chacun des chiens. Un excès de protéines est néfaste pour le chien, au-delà de 50% c’est exagéré. Les protéines sont de source végétale et animale. Selon l’origine de la protéine et de la physiologie de l’animal, la digestion peut s’avérer capricieuse.

Pour aller plus loin